L’équipe

Photo Sylvain Barone

Sylvain BARONE est chercheur en science politique à l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE) et membre de l’UMR G-EAU (Gestion de l’Eau, Acteurs, Usages) à Montpellier. Ses recherches portent sur la mise en œuvre et les recompositions de l’action publique en matière d’environnement et de changement climatique, qu’il étudie notamment à travers les politiques de l’eau, le portage politique des questions climatiques aux échelles locales, les politiques d’adaptation aux risques littoraux et le traitement judiciaire des atteintes à la nature. Ses derniers travaux s’intéressent aux manières dont les logiques de développement de l’Etat structurent les politiques environnementales. Sur les questions de justice et d’environnement, il a notamment publié : L’impunité environnementale. L’Etat entre gestion différentielle des illégalismes et désinvestissement global, Champ Pénal/Penal Field, [En ligne], vol. 15, 2018 ; et L’environnement en correctionnelle. Une sociologie du travail judiciaire, Déviance et société, vol. 43, n°4, 2019.

Estelle BROSSET est Professeure des Universités en droit public à la Faculté de droit et science politique de l’Université Aix-Marseille. Elle est membre du  Centre d’Etudes et de Recherches Internationales et Communautaires, équipe de l’UMR 7318 « DICE » Droits international, comparé, européen. Directrice adjointe du CERIC, co-directrice du Master 2 parcours “droit de l’environnement” de la mention droit international et européen, lauréate d’une Chaire Jean Monnet de la Commission européenne (2012-2015) et coordinatrice du Centre d’excellence Jean Monnet de l’Université (2016-2019), elle consacre une grande partie de ses recherches à l’étude du droit de l’Union européenne de la santé et de l’environnement. Ses travaux portent en ces domaines sur des questions transversales (principe de précaution ; information, participation du public et accès à la justice ; rôle du juge ; relations entre droit, science) et technique ainsi que sur des régimes plus sectoriels (OGM ; produits chimiques ; climat ; soins de santé, Covid-19). Elle est membre senior de l’Institut Universitaire de France (2021-2026).

Béatrice COINTE est chargée de recherche au CNRS, en poste au Centre de Sociologie de l’Innovation des Mines Paris (UMR 9217, i3). Ses travaux explorent la rencontre entre prise en compte de l’environnement et organisation de l’économie. S’appuyant sur l’ethnographie des sciences et la sociologie de l’économie et des marchés, elle s’intéresse particulièrement à la production des savoirs économiques et à la façon dont ils s’articulent avec d’autres sciences, notamment pour traiter la question du changement climatique. Elle étudie actuellement la façon dont le GIEC orchestre la production des scénarios d’atténuation du changement climatique. Titulaire d’une thèse en sociologie de l’EHESS consacrée à l’émergence des technologies et des marchés du photovoltaïque en France depuis les années 2000, elle est également co-autrice de l’ouvrage Feed-in Tariffs in the European Union : Renewable energy policy, the itnernal electricty market and economic expertise (Palgrave, 2018, avec Alain Nadaï).

Christel COURNIL est Professeure de droit public à Sciences Po Toulouse et chargée de mission sur la transition écologique, directrice du Comité de la transition écologique de Sciences Po Toulouse. Elle est membre du Laboratoire LASSP et membre associé au IDPS de l’Université Sorbonne Paris Nord (Structure fédérative Les Communs). Elle étudie les questions de migrations environnementales, les droits de l’Homme, le droit de l’environnement et du climat. Elle a notamment publié plusieurs ouvrages en lien avec le changement climatique et le droit : Les politiques climatiques de l’Union européenne et droits de l’Homme (Larcier 2013), Les procès climatiques : du national à l’international (Pedone 2018), Les grandes affaires climatiques (DICE) (éd. DICE 2020) et La fabrique d’un droit climatique (Pédone 2021). Depuis 2019, elle est administratrice de l’association Notre affaire à tous et depuis 2018 membre du groupe des juristes de l’Affaire du siècle en France.

Stéphanie DECHÉZELLES est maîtresse de conférences en science politique à Sciences Po Aix et chercheuse au sein de MESOPOLHIS (Centre Méditerranéen de Sociologie, Science politique et Histoire, UMR CNRS 7064). Ses travaux s’inscrivent dans la sociologie de l’engagement, la sociologie de l’action collective et la sociologie politique des problèmes publics. Ils portent sur des objets variés (militantisme partisan, mobilisations contre l’éolien, justice climatique, controverses mémorielles). Les résultats de ses recherches ont fait l’objet de diverses publications. Elle participe actuellement à l’ANR PROCLIMEX en étudiant plus spécifiquement le cas du recours contentieux contre l’Etat italien porté par le mouvement « Giudizio Universale ».

logo DICE

Pascal GAUTTIER est docteur en droit public de l’Université d’Aix-Marseille. Il est chargé d’appui à la recherche et à la communication au sein du CERIC, équipe membre de l’UMR 7318 « DICE » Droits international, comparé, européen. A ce titre, il est en charge de la diffusion et de la communication des informations sur les manifestations scientifiques et sur les résultats des recherches menées par les membres du CERIC, notamment dans le cadre des projets de recherche tels que PROCLIMEX.

logo DICE

Sandrine MALJEAN-DUBOIS est directrice de recherche au CNRS, en poste à Aix-Marseille Université, au sein du CERIC, équipe membre de l’UMR 7318 « DICE » Droits international, comparé, européen. Elle consacre ses activités d’enseignement et de recherche au droit international de l’environnement et a dirigé de nombreux ouvrages collectifs et publié un grand nombre d’articles scientifiques dans ce domaine. Une partie de ses recherches porte sur des questions transversales : sources du droit de l’environnement, outils des politiques environnementales, effectivité du droit international de l’environnement, rôle du juge dans le développement du droit, procédures de non-respect internationales. Les régimes internationaux des changements climatiques et de la biodiversité constituent ses domaines d’étude privilégiés. Elle dirige actuellement l’ANR PROCLIMEX. Elle est notamment l’auteure de Quel droit pour l’environnement ? (2008, Hachette), de La diplomatie climatique de Rio 1992 à Paris 2015 (Pedone, 2015, 2ème édition, avec Matthieu Wemaëre) et de Le droit international de la biodiversité (Brill, 2021).

Logo GAEL

Sandrine MATHY est directrice de recherche au CNRS en économie de l’environnement au laboratoire GAEL (Laboratoire d’Economie Appliquée de Grenoble, UMR UGA-Grenoble INP, CNRS, INRAE) où elle est responsable de l’équipe énergie. Ses thèmes de recherches portent sur les enjeux de design et d’évaluation des politiques climatiques, énergétiques et visant à réduire la pollution atmosphérique. Elle développe de nombreux projets et collaborations interdisciplinaires tels que dans le projet MobilAir. Elle a également initié en 2017 l’école thématique “Autour du 2°C” portant sur les enjeux de l’interdisciplinarité de la recherche sur le changement climatique qui réunit tous les deux ans une soixantaine de chercheurs.

Camille MARTINI est avocat au barreau de New York et doctorant (en cours d’inscription) à Aix-Marseille Université au sein du CERIC et à l’Université Laval. Il a exercé le droit international public de 2018 à 2022 au sein du cabinet Cleary Gottlieb Steen & Hamilton et enseigné le droit international de l’investissement à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne. Ses travaux portent notamment sur la mise en œuvre par le juge national des obligations internationales de l’État en matière de lutte contre le changement climatique, le droit international de l’environnement, le droit international des investissements et l’arbitrage international. Camille est également membre d’un groupe de travail de la faculté de droit de droit Boston College (États-Unis) et l’Université pontificale du Chili sur la réforme du droit des investissements internationaux

Vincent MORON est géographe, spécialiste du climat, au Centre Européen de Recherche et d’Enseignement des Géosciences de l’Environnement (CEREGE) à Aix-en-Provence.




Photo Yann Robiou Du Pont

Yann ROBIOU DU PONT est chercheur à quantifier l’équité et l’ambition des contributions des acteurs pour atteindre l’accord de Paris. Ses articles sont repris par les rapports du Haut Conseil pour le Climat, du GIEC, du PNUE dans de multiples actions en justice contre des états et par des gouvernements locaux (Etat de Victoria, Australie) et nationaux (Royaume Uni pour sa NDC de 68% de réduction sur 1990-2030 et son objectif de zéro émission à 2050). Ses travaux sont accessibles sur le site interactif paris-equity-check.org. Hors du monde académique, Yann a travaillé pour l’IDDRI à conseiller les équipes diplomatiques. Il a aussi travaillé pour Climate Analytics à conseiller les négociations, notamment lors des COPs, les stratégies climatiques des ville du C40, sur les stratégies de mise en oeuvre nationales et à écrire des rapports scientifiques pour le cours de justice (contre l’Union Européenne, ainsi qu’une action devant la cour Européenne des Droits de l’Homme contre 33 pays d’Europe).

Photo Christophe Traïni

Christophe TRAÏNI est professeur de science politique à Sciences Po Aix. Membre honoraire de l’Institut Universitaire de France. Ses recherches portent sur la sociologie des engagements militants et des mobilisations collectives. Il a notamment publié, aux Presses Universitaires de France, Les braconniers de la République. Les conflits autour des représentations de la Nature et la politique (2003) et La cause animale. Essai de sociologie historique (2011) ; ou encore La musique en colère (Presses de Sciences Po, collection « Contester « , 2008). Il a également dirigé les ouvrages collectifs Émotions… mobilisation ! (Presses de Sciences Po, 2009) ; Émotions et expertises. Les modes de coordination des actions collectives (Presses Universitaires de Rennes, 2015) ; La démocratie des émotions. Dispositifs participatifs et gouvernabilité des affects (avec Loïc Blondiaux, Presses de Sciences Po, 2018).

Eve TRUILHÉ est directrice de recherche au CNRS. Elle dirige actuellement le Centre d’Etudes et de Recherches Internationales et Communautaires (CERIC). Elle enseigne le droit européen de l’environnement et est en charge de la Clinique juridique de l’environnement du CERIC. Ses recherches actuelles portent sur le procès environnemental, la place de l’expertise scientifique dans les contentieux environnementaux et la question de l’incertitude scientifique. 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search