Le projet

English version below

Un nombre croissant d’acteurs et d’organisations s’empare aujourd’hui, selon des modalités variées, et avec un succès variable, du procès comme instrument de contestation, mobilisation et au-delà de justice climatique.

Dans un contexte de renouveau de la démocratie environnementale et des approches participatives (voir le Grand débat et la Convention nationale sur le climat), le procès est un des espaces parmi d’autres réinvestis depuis peu dans lequel des citoyens participent à la fabrique de la « loi climatique » de demain.

Parmi toutes les questions que pose cette nouvelle forme de mobilisation pour le climat, notre équipe se propose de s’intéresser à l’enjeu de l’expertise dans ces procès. C’est en effet, un enjeu fondamental dans les procès climatiques. Fondamental pour les requérants, qui, pour faire valoir efficacement un point de vue déterminé au service de la cause climatique, n’ont d’autre choix que de s’approprier des connaissances et données d’origines variées, à la fois techniques, complexes et pluridisciplinaires (non seulement scientifiques, mais aussi socio-économiques et juridiques) et de construire sur ces bases un dispositif expert bien souvent enrichi par des connaissances profanes (témoignages de victimes par exemple). Fondamental aussi pour l’issue du procès, qui s’avère largement déterminée par ces dispositifs experts au cœur des stratégies judiciaires des requérants.

Les objectifs principaux de PROCLIMEX sont les suivants :

  • Éclairer les stratégies judiciaires des ONG lorsqu’elles utilisent les armes du droit et du procès pour faire avancer la cause climatique, mais aussi celles en réponse des défendeurs (souvent États et entreprises) ;
  • Décoder les usages sociaux des diverses expertises dans le contexte d’initiatives de judiciarisation et de juridicisation de la cause climatique ;
  • Mettre en lumière, par une analyse comparative, le processus de passage de la vérité scientifique à la vérité juridique en interrogeant l’adaptation du droit processuel et de l’institution du procès ;
  • Fournir des pistes pour renforcer l’interface scientifique-décideur dans le domaine du climat dans un contexte d’urgence climatique.

ENGLISH VERSION

A growing number of actors and organisations are now using litigation – in various ways and with varying degrees of success – as an instrument of contestation, mobilisation and beyond that, climate justice. In a context of renewed environmental democracy and participatory approaches (see the French Great Debate or National Climate Convention), the courtroom is one of the spaces that have recently been reclaimed, where citizens participate in the making of tomorrow’s ‘climate law’.

Many questions are raised by this new form of mobilisation for climate. Our team proposes to focus on the issue of expertise in these trials. Indeed, this is a fundamental issue in climate trials. For the plaintiffs, first, because they must argue a given point of view in favour of climate protection and have no choice but to appropriate knowledge and data from various sources, which are technical, complex and multidisciplinary (not only scientific, but also socio-economic and legal sources) and to build on this basis an expert system that is often enriched by lay knowledge (victims’ testimonies, for example).
It is also fundamental for the outcome of the trial, which is largely determined by these expert systems at the heart of the claimants’ legal strategies.

The main objectives of PROCLIMEX are as follows:

  • To shed light on the judicial strategies of NGOs when they use litigation and the law as weapons against climate change, and on those of defendants in response (often States and corporations);
  • To decipher the social uses of different sources of expertise in the context of initiatives supporting the judicialization and juridification of the climate cause;
  • To highlight, through comparative analysis, the process of moving from scientific truth to legal truth by questioning the adaptation of procedural law and of the trial as an institution;
  • To identify opportunities to strengthen the interface between scientists and policy-makers in climate matters in a context of climate emergency, thanks to focused efforts on scientific communication.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search